Brothersong (Green Creek #4)

Brothersong - Green Creek #4 - Le Chant des Bennett - Le Clan Bennett #4 - TJ Klune - Résumé & Avis

Sommaire :

La série Green Creek

Avant de lire Brothersong, lisez impĂ©rativement les trois tomes prĂ©cĂ©dents de la sĂ©rie Green Creek. Vous pouvez retrouver toute la sĂ©rie en français sous le nom “Le Clan des Bennett”.

Wolfsong - Green Creek #1 - Le Chant du Loup - Le Clan Bennett #1 - TJ Klune - Résumé & Avis

Wolfsong

Ravensong - Green Creek #2 - Le Chant du Corbeau - Le Clan Bennett #2 - TJ Klune - Résumé & Avis

Ravensong

Heartsong - Green Creek #3 - Le Chant du Coeur - Le Clan Bennett #3 - TJ Klune - Résumé & Avis

Heartsong


La version originale : Brothersong

Brothersong - Green Creek #4 - TJ Klune - Résumé et Avis

In the ruins of Caswell, Maine, Carter Bennett learned the truth of what had been right in front of him the entire time. And then it—he—was gone.

Desperate for answers, Carter takes to the road, leaving family and the safety of his pack behind, all in the name of a man he only knows as a feral wolf. But therein lies the danger: wolves are pack animals, and the longer Carter is on his own, the more his mind slips toward the endless void of Omega insanity.

But he pushes on, following the trail left by Gavin.

Gavin, the son of Robert Livingstone. The half-brother of Gordo Livingstone.

What Carter finds will change the course of the wolves forever. Because Gavin’s history with the Bennett pack goes back further than anyone knows, a secret kept hidden by Carter’s father, Thomas Bennett.

And with this knowledge comes a price: the sins of the fathers now rest upon the shoulders of their sons.

La version française : Le Chant des Bennett

Le Chant des Bennett - Le Clan Bennett #4 - TJ Klune - Résumé et Avis

Dans les ruines de Caswell, Carter Bennett a découvert la vérité.

Une vĂ©ritĂ© qu’il avait sous les yeux depuis le dĂ©but.

Une vérité qui a disparu en emportant avec elle toutes les réponses à ses questions.

DĂ©sespĂ©rĂ©, Carter prend la route, abandonnant sa famille et la sĂ©curitĂ© de la meute, pour retrouver un homme qu’il ne connaĂźt presque pas. LĂ  rĂ©side le danger : les loups sont des animaux de meute, et plus Carter reste seul, plus son esprit dĂ©rive vers le vide insondable de la folie OmĂ©ga.

Mais il s’accroche, suivant la piste laissĂ©e par Gavin.

Gavin, le fils de Robert Livingstone, le demi-frĂšre de Gordo Livingstone.

Au bout du chemin, les rĂ©vĂ©lations faites Ă  Carter changeront Ă  jamais le destin des loups, car l’histoire de Gavin remonte Ă  bien des annĂ©es.

Un secret jalousement gardé par le pÚre de Carter, Thomas Bennett.

Désormais, les péchés des pÚres reposent sur les épaules de leurs fils.

Mon avis

★★★★★ 5/5

Pfffiouuuu… C’est avec un certain regret que j’ai refermĂ© ce livre, je n’avais pas envie de quitter cet univers mais mondieu, que d’Ă©motions ! J’ai ri, j’ai pleurĂ©, j’en ai rĂȘvĂ© la nuit (et visiblement j’en parle mĂȘme dans mon sommeil). Cette sĂ©rie de romans est vraiment assez unique en son genre. C’est une sorte de rĂ©cit poĂ©tique immersif incontestablement trĂšs moderne. Oui, dit comme ça, ça n’a pas vraiment de sens mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti.

La façon dont l’auteur dĂ©crit les scĂšnes, les Ă©motions, vous prend aux tripes. L’instant d’aprĂšs, l’un des personnages fait une rĂ©flexion drĂŽle et inopinĂ©e qui vous fait aimer encore un peu plus ce roman et ses hĂ©ros. Cet Ă©quilibre trĂšs fragile et trĂšs difficile Ă  crĂ©er entre poĂ©sie et modernitĂ© est une vraie rĂ©ussite dans la sĂ©rie Green Creek.

J’ai beaucoup aimĂ© ce quatriĂšme et dernier tome qui amĂšne une vĂ©ritable conclusion Ă  cette sĂ©rie. J’ai nĂ©anmoins deux petits “reproches” (si on peut appeler ça comme ça) :

  • Je considĂšre que je n’ai pas eu suffisamment de scĂšnes entre Carter et Gavin. Oui j’en demande toujours plus mais j’aurais adorĂ© quelques scĂšnes supplĂ©mentaires Ă  partir du moment oĂč ils deviennent plus intimes.
  • J’ai un peu de mal avec le concept de “Mates” (je ne sais pas comment ce terme est traduit dans la VF). J’avais l’impression que c’Ă©tait un peu un concept d’Ăąmes soeurs contre lequel on peut difficilement s’opposer. Mais avec tous les “couples” qui se lient dans ce quatriĂšme tome, j’ai l’impression que ça relĂšve plus du choix que du destin et j’Ă©tais un peu déçue (mon Ăąme de romantique, que voulez-vous). J’aurais prĂ©fĂ©rĂ© que ce soit quelque chose de rare, prĂ©cieux, inĂ©luctable et unique, qui n’arrive pas Ă  tout le monde.

Mais trĂšs honnĂȘtement, ce sont des petites remarques venant d’une fille qui a absolument dĂ©vorĂ© tous les tomes de cette sĂ©rie. Je vais les relire c’est certain (et les nouvelles qui ont Ă©tĂ© publiĂ©es Ă©galement). Et je peux affirmer avec certitude que je n’en ai pas fini avec TJ Klune. “Bear, Otter, and the Kid”, j’arrive !

Envie de dĂ©couvrir des fan arts de Green Creek ? C’est par ici ! (Attention risques de spoilers)

Laisser un commentaire